Bases de données relationnelles : Comprendre pour maîtriser
Le Cnam
FUN MOOC
date_range Débute le 20 mai 2019
event_note Se termine le 1 juillet 2019
list 6 séquences
assignment Niveau : Introductif
chat_bubble_outline Langue : Français
card_giftcard 144 points
Avis de la communauté
-
starstarstarstarstar

Les infos clés

credit_card Formation gratuite
verified_user Certification gratuite
timer 18 heures de cours

En résumé

Les systèmes de gestion de bases de données relationnelles (SGBDR), avec des produits phares comme le système commercial Oracle Serveur, ou un open source comme MySQL, font partie des logiciels les plus populaires au monde. Le Mooc "Bases de données relationnelles : comprendre pour maîtriser" ( #BADOR ) a pour ambition d’expliquer comment fonctionnent ces systèmes. Il permettra à leurs utilisateurs de mieux les maîtriser, notamment en comprenant les problèmes de performance que ces systèmes peuvent rencontrer.

more_horiz Lire plus
more_horiz Lire moins
report_problem

Les prérequis

Ce cours s’adresse à toute personne qui utilise une base de données et possède une bonne pratique de SQL et qui souhaiterait comprendre comment fonctionne le système. Cela recouvre, entre autres :

  • les étudiants en informatique : M1, dès la première année d’école d’ingénieur ou L3 ;
  • les ingénieurs en informatique utilisateurs de ces systèmes ;
  • les chercheurs/étudiants utilisateurs confrontés au besoin de créer et d’exploiter des bases de données dans des domaines scientifiques comme la physique, la biologie, l’histoire, la géographie…
  • et plus généralement les personnes curieuses de comprendre un outil utilisé quotidiennement.
  • Une connaissance pratique des bases de données est préférable mais pas indispensable.
  • Connaître l'algèbre relationnelle et SQL.

A ceux qui n'auraient pas ces compétence, il est fortement recommandé de suivre en premier le Mooc "Bases de données relationnelles : apprendre pour utiliser"

dns

Le programme

  • Semaine 1: Transactions et concurrence
  • Une application qui utilise un SGBD doit pouvoir fonctionner (i) sans courir de risque en cas de panne, et (ii) sans être perturbée par d’autres applications qui s’exécutent en même temps. Nous présenterons le concept fondamental pour garantir que c’est le cas, la transaction, et des techniques pour garantir que plusieurs applications ne puissent se gêner mutuellement.

  • Semaine 2: Indexation
  • Un index permet de retrouver une information élémentaire dans une grande collection. Nous présenterons les deux structures de données les plus standards pour implémenter efficacement des index, l’arbre B, et la table de hachage. Ces structures sont au cœur de l’optimisation de requêtes que nous considèrerons dans la semaine suivante.

  • Semaine 3 : Exécution et optimisation
  • Une des fonctionnalités les plus puissantes et les plus appréciables des SGBD est leur capacité à engendrer à la volée un programme d’évaluation très performant quand une requête leur est soumise. Cela décharge l’utilisateur de cette tâche complexe, et surtout cela garantit une adaptation constante aux ressources disponibles et au contexte. Nous expliquerons comment une requête SQL est transformée en un plan d’exécution, les principaux opérateurs constituant ce dernier, et les méthodes d’optimisation pour arriver au meilleur plan possible.

  • Semaine 4 : Contrôle d’accès
  • Le contrôle d'accès permet de définir qui a le droit d'accéder à certaines informations de la base, afin d'assurer la confidentialité des données.

  • Semaine 5 : Reprise sur panne
  • Un système informatique est sujet aux pannes, qui peuvent être légères (coupure électrique) ou graves (dégradation générale ou locale d’un disque). Un des rôles des SGBD est d’assurer la pérennité des données, même en cas de panne. Nous expliquons les techniques et méthodes permettant de reprendre le fonctionnement d’un SGBD après une panne, en garantissant l’absence de perte de données

  • Semaine 6 : Bases de données distribuées
  • Les données d’une application sont très souvent distribuées entre plusieurs systèmes. Le but de cette partie est d’expliquer pourquoi, dans le cadre de la gestion de données, on distribue des données ou des calculs entre plusieurs machines, et comment une telle distribution est réalisée.

record_voice_over

Les intervenants

Serge Abiteboul
Serge a été, entre autres, professeur invité des universités de Stanford, Oxford, et professeur au Collège de France. Il est membre de l'Académie des Sciences française et européenne. Il a obtenu le prix Milner et l’ACM SIGMOD Innovation Award. Il a co-fondé la start-up Xyleme en 2000. http://abiteboul.com

Benjamin Nguyen
Benjamin est professeur à l'INSA Centre Val de Loire, au Laboratoire d'Informatique Fondementale d'Orléans (LIFO) et membre de l'équipe SDS (Security and Distributed Systems). Benjamin est aussi membre associé de l'équipe-projet Inria SMIS. http://www.benjamin-nguyen.fr

Philippe Rigaux
Philippe est professeur des universités au Conservatoire des Arts et Métiers. Il a enseigné les bases de données à Paris-Orsay et Paris-Dauphine, écrit ou co-écrit 7 livres, participé à la création de l’entreprise Internet Memory Research, et travaille actuellement sur les bases documentaires pour sciences humaines et sociales. http://deptinfo.cnam.fr/~rigaux

store

Le concepteur

Le Conservatoire national des arts et métiers est un grand établissement d’enseignement supérieur dédié à la formation tout au long de la vie. Créé par la Convention en 1794 sur proposition de l’abbé Henri Grégoire «pour perfectionner l’industrie nationale», le Cnam est aujourd’hui un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, doté du statut de grand établissement.

L’établissement public, ses 28 centres régionaux et ses 150 centres d’enseignement accueillent chaque année près de 100 000 élèves (salariés, demandeurs d’emploi, travailleurs indépendants), qui viennent au Cnam pour actualiser leurs connaissances, perfectionner leurs compétences, ou acquérir un diplôme, du niveau bac jusqu’aux diplômes de 3e cycle et d’ingénieur.

Pour répondre aux attentes de ses publics, le Cnam se donne pour objectif de proposer 70% de son offre de formation au format numérique, permettant de déployer des modes d’apprentissage pluriels (présentiel, hybride, à distance) et d’assurer l’accessibilité de son offre à tous, partout et à tout moment.

En complément de cet objectif le Cnam a inscrit dans son schéma directeur le développement de cours massifs, ouverts et en ligne (MOOC), pour le public francophone, qui viendra, sous des formes différentes, compléter son offre de formation diplômante. Les premiers cours dans les domaines du management, de la santé, de l’informatique et des mathématiques sont déjà en production.

assistant

La plateforme

France Université Numérique est le diffuseur des cours en ligne des établissements d’enseignement supérieur français et de leurs partenaires.

Il opère plusieurs plateformes de diffusion, dont la plus connue, FUN MOOC, est la première plateforme académique francophone mondiale. Grâce à de nombreux établissements partenaires, cette plateforme propose un vaste catalogue de cours s’enrichissant de jour en jour avec des thématiques variées et d’actualité.
 

Vous êtes le concepteur de ce MOOC ?
Quelle note donnez-vous à cette ressource ?
Contenu
0/5
Plateforme
0/5
Animation
0/5